Biographie

« Je vous laisse, je vais m’isoler avec ma maîtresse, la seule, la fidèle, ma guitare, la musique… » La musique de son âme, par laquelle il exprime son amour, son ennui, sa révolte froide et raisonnée. Auteur compositeur interprète, Max est passé par des moments éclatants, sillonnant à vélo les routes du monde entier, rapportant dans sa sacoche les couleurs d’Asie mêlées au rythme des tamtams africains, sur fond de jazz malgache. Toujours à fleur de peau, il a dû passer par des retours plus douloureux, qu’il exprime par exemple dans la pesanteur de son Love Me Today Blues, écrit au petit matin à la table d’un bar glauque et sombre.

portrait biographieDe style pop rock, rythmée et veloutée, la musique de Max trouve ses origines dans les classiques de la fin des années 60, début 70 : Led Zeppelin, Janis Joplin, les Stones… Un petit quelque chose de Pink Floyd, de la fluidité du jeu de guitare de David Gilmour. Ses débuts, il les a faits à l’âge de treize ans comme trompettiste dans les bals populaires, avec les Fantax ou les Gosters. Dans les années 80, il monte son groupe, Nicotine, et commence à chanter les morceaux de sa création dans les bars de la région lyonnaise, dans le plus pur style pop rock. L’aventure est prématurément stoppée par le décès de Jérôme, le batteur. Suit alors une longue période de recherche et plusieurs essais avec de nouveaux batteurs. Et puis, c’est la sortie du Grand Bleu, avec les musiques électroniques d’Eric Seurat qui lui ouvrent de nouveaux horizons. Puisqu’il sait exactement ce qu’il cherche, Max décide de fabriquer lui-même sa propre ambiance en explorant toutes les possibilités des premières boîtes à rythmes du marché. Et comme tout est prétexte à créer une mélodie, jusqu’au moindre bout de bois, il peut enfin explorer tous les sons électroniques de son home studio pour concrétiser tout ce qu’il avait dans la tête. En mai 2009, il sort d’ailleurs son premier CD, entièrement conçu en home studio dans le grenier de son chalet montagnard : compo, instruments, chants, arrangements, mixage, peintures et photos de la jaquette. Le vélo, il l’a remisé momentanément, mais pas sa guitare, ni son pinceau aux accents surréalistes sur tons bleus et verts, comme ces horizons africains qu’il songe à rejoindre bientôt.